Deuxième bébé né aux États-Unis d' un utérus transplanté provenant d'une donneuse décédée

Le deuxième bébé issu d'un greffe d'uterus est née aux Etats- Unis.

Le deuxième bébé issu d'un greffe d'uterus est née aux Etats- Unis.

La médecine moderne grandit à pas de géant; Jusqu’à aujourd’hui, une femme ayant des difficultés à tomber enceinte doit recourir à la méthode de FIV avec ou sans don de gamètes ou une adoption, mais maintenant, de nouvelles opportunités pourraient s'épanouir à l'horizon.

Jennifer Gobrecht & son mari

Jennifer Gobrecht & son mari

Jennifer Gobrecht a donné naissance à son premier fils à l'aide d'une procédure médicale expérimentale connue sous le nom de greffe d'utérus

Selon le Philly Mag, Jennifer Gobrecht a donné naissance à son premier fils à l'aide d'une procédure médicale expérimentale connue sous le nom de greffe d'utérus en novembre 2019; elle n'est également que la deuxième femme aux États-Unis à avoir donné naissance à un enfant après avoir reçu un organe d'une donneuse décédé. À l'âge de 17 ans,Madame Gobrecht a été diagnostiquée atteinte du syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser (MRKH) et a appris que même si elle avait des ovaires fonctionnels, elle est née sans utérus.

Environ une femme sur 4500 souffre du syndrome de MRKH, qui n'est qu'un des nombreux problèmes de fertilité qui peuvent affecter l'utérus et rendre très difficile pour ceux qui en ont le besoin de fonder une famille. Afin d’aider les autres, Madame Gobrecht a décidé de s’inscrire à l’essai de transplantation utérine de Penn Medicine pour l’infertilité des facteurs utérins (UNTIL), un projet en cours qui recherche actuellement des participants actifs.

Gobrecht a reçu son utérus du programme Don de la vie et il a fallu 10 heures de chirurgie à l'équipe de Penn Medicine pour qu'elle reçoive correctement l'organe transplanté.

Ce qui rend le programme UNTIL de Penn Medicine différent des autres qui ont été lancés dans le monde entier, c'est qu'ils acceptent les dons des vivants et des défunts; une voie qui permet non seulement aux scientifiques d'obtenir un plus grand nombre de dons,mais qui les aide également à comparer les différents résultats en fonction des différents types de donateurs.

L'essai UNTIL espère également obtenir de nouvelles informations sur les transplantations d'organes, le système reproducteur féminin et la grossesse; surtout en ce qui concerne les systèmes immunitaires maternel et fœtal.

Madame Gobrecht ne regrette pas de s'être inscrite au programme UNTIL et est ravie que ses rêves d'avoir une famille se soient enfin réalisés.

«Lorsque je me suis inscrite à cet essai, j'espérais que cela aiderait mon mari et moi-même à fonder une famille, mais j’espère aussi fermement aider les autres», a expliqué Jennifer Gobrecht. «J'espère que grâce à cette recherche, d'autres personnes aux prises avec des difficultés similaires auront la même opportunité.»

La naissance du deuxième bébé issue d'une greffe d 'uterus

grossesse science innovation